Les deux adolescents toulousains candidats au jihad mis en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les deux adolescents toulousains candidats au jihad mis en examen
©

Suite

Les deux adolescents toulousains candidats au jihad mis en examen

Les deux adolescents toulousains ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

Peu après l’ouverture d’une information judiciaire, ce vendredi matin, par le parquet de Paris, les deux adolescents toulousains candidats au jihad ont été mis en examen en début de soirée.

Les deux mineurs, l’un est âgé de 15 ans, l’autre de 16 ans, ont récupérés en Turquie en début de semaine après avoir eu l'intention d'aller combattre en Syrie. Ils ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", rapporte Lemonde.fr

Plus tôt dans la journée, Yassine Bouzrou, l'avocat d'un des deux jeunes, expliquait que "le voyage en Syrie n'est pas interdit par la loi. Il est inadmissible de le maintenir dans les locaux du palais de justice dans la mesure où il n'a rien fait de répréhensible".

Les deux jeunes de 15 et 16 ans se trouvent depuis jeudi dans les locaux de la Direction générale de la sécurité extérieure (DCRI), près de Paris. Ils ont été interrogés par les policiers pour comprendre leurs motivations et identifier une éventuelle filière. De leur côté, les enquêteurs cherchent à comprendre le processus d'autoradicalisation et les soutiens dont les deux adolescents ont éventuellement pu bénéficier. D’après les premiers éléments de l’enquête, rapportée par le Nouvel observateur, les deux adolescents seraient partis par leurs propres moyens, et n’auraient pas été recrutés en France par une filière.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !