Les déclarations fortes de Giuseppe Conte sur la Russie et l’immigration devant le Sénat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Les déclarations fortes de Giuseppe Conte sur la Russie et l’immigration devant le Sénat
©ANDREAS SOLARO / AFP

Promesses de campagne

Les déclarations fortes de Giuseppe Conte sur la Russie et l’immigration devant le Sénat

Le président du Conseil italien Giuseppe Conte a dévoilé les principaux axes de son programme de gouvernement ce mardi 5 juin devant le Sénat.

Giuseppe Conte, le tout nouveau président du Conseil italien a présenté ce mardi les grandes lignes de son programme de gouvernement devant le Sénat. 

Dans le cadre de ce discours, le président du Conseil a assuré que l’Italie était favorable à la "révision" des sanctions économiques imposées à la Russie par la communauté internationale.
"Nous serons les promoteurs d'une révision du système de sanctions. (...) Nous serons les partisans d'une ouverture envers la Russie qui a renforcé ses dernières années son rôle international dans diverses crises géopolitiques". 
Giuseppe Conte a néanmoins rappelé l’attachement de l’Italie et "l’appartenance convaincue" à l’Otan. 
"Nous entendons souligner avant tout l'appartenance convaincue de notre pays à l'Alliance atlantique, avec les Etats-Unis comme partenaire privilégié."
Le président du Conseil a également réaffirmé la volonté d’une politique de fermeté sur le plan de l’immigration, tout en affirmant : 
"L'Italie ne peut pas être laissée seule face à l'immigration (…) Nous demanderons avec force le dépassement du Règlement de Dublin pour obtenir le respect effectif d'une répartition équitable des responsabilités et pour réaliser des systèmes automatiques de répartition obligatoire des demandeurs d'asile. (...) Nous ne sommes pas et nous ne serons jamais racistes". 
Les puissances européennes sont donc prévenues, le président du Conseil italien GIuseppe Conte et les membres du gouvernement ne pratiquent pas la langue de bois. 
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !