Les blogueurs ont la dent dure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les blogueurs 
ont la dent dure
©

Allocution présidentielle

Les blogueurs ont la dent dure

Le remaniement ministériel ne surprend pas la blogosphère. Pire, il la déçoit.

Nicolas Sarkozy a lui-même justifié le remaniement ministériel, ce dimanche 27 février lors d'une courte allocution télévisée. Après la crise financière, après la crise de l'Euro, le chef de l'Etat a invoqué le nouveau contexte international porté par les révoltes arabes pour ajuster la composition du gouvernement.

Michèle Alliot-Marie quitte donc le ministère des Affaires étrangères au bénéfice d'Alain Juppé, lui-même remplacé par Gérard Longuet à la Défense. Claude Guéant est nommé ministre de l'Intérieur, et Brice Hortefeux quitte le gouvernement pour devenir conseiller spécial du président de la République. Patrick Ollier, le compagnon de MAM, reste par ailleurs ministre chargé des Relations avec le Parlement.

Les blogueurs, dans leur ensemble, analysent ce remaniement comme l'aveu d'un échec, voire d'une erreur de casting initiale. Arnaud Leparmentier, sur L'Elysée côté jardin, note qu'il s'agit de la dixième équipe ministérielle depuis 2007, et du quatrième remaniement depuis un an.
Le blog Gaulliste Libre considère, dans la même veine, que "les innombrables soubresauts qui agitent le pouvoir me rappellent aujourd’hui la fin du mandat de François Mitterrand. Ce remaniement est un lointain écho à celui de 1992 qui corrigeait l’échec de celui de 1991".

Nicolas Sarkozy a cité Alain Juppé ou Gérard Longuet, mais n'a pas eu un mot pour MAM et Brice Hortefeux, ce que ne manque pas de relever Coulisses de campagne. Le blog de Béatrice Houchard et Philippe Goulliaud indique que le président de la République a entendu "les candidats de droite aux cantonales [qui] en ont assez de se faire engueuler à cause des vacances tunisiennes de MAM".

Bah?!byCC stigmatise l'"inefficacité qui nous gouverne": "remaniement ou pas, on sait bien que ça ne changera rien. On n'aurait pas de gouvernement que ça ne changerait rien. D'ailleurs, c'est depuis 2007 qu'on a un gouvernement pour rien". Partageons mon avis est tout aussi désabusé, constatant qu'en annonçant  la composition du nouveau gouvernement, le chef de l'Etat a pris "la place du Secrétaire Général de l’Elysée (qui est à l’Intérieur) et du Premier Ministre (probablement à l’extérieur, on ne l’a pas vu de la journée)". 

Jean-François Achilli et Jacques Attali sont également perplexes. Le premier s'interroge sur son blog: "En quoi ces nominations répondent-elles aux défis du moment ? Est-ce à dire que les sortants n’étaient pas la hauteur ? Pourquoi alors les avoir désignés lors du précédent remaniement ? Et pourquoi ne pas avoir révélé la véritable raison de cette opération ?"
L'ancien conseiller de François Mitterrand, lui, s'emporte : "voila qu’on garde les mêmes, ou de plus chevronnés encore, pour gérer à l’ancienne des problèmes d’une ampleur inédite ; et  qu’on nous explique que le seul risque que nous courrons est celui d’être envahis par des peuples ignorants et envieux. Cela ne nous mènera nulle part. Sinon à des tensions croissantes entre le monde et nous".

Jean-Dominique Merchet, sur Secret Défense, note qu'Alain Juppé réalise l'un des plus courts passages dans un ministère sous la Vème République (105 jours) et explique que "la communauté militaire n'est pas ravie de le voir partir aussi vite". Son remplacement par Gérard Longuet à la Défense est la "pire erreur" pour Autheuil.

Le blogueur écrit : "C'est la figure du has been qui a réussi à revenir dans le jeu, alors qu'il aurait été préférable pour la démocratie qu'il aille voir ailleurs". Autheuil, qui partage le constat d'"usure ministérielle" dressé par le philosophe Yves Michaud, rappelle également combien la légitimité et la compétence de Michèle Alliot-Marie s'étaient érodés au fil de ses changements de porte-feuille. Il regrette "l'absence de de nouvelles têtes, techniquement reconnues dans leur domaine et déontologiquement irréprochables".

C.M.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !