Lejaby : des pistes de reprise de l’usine<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Lejaby : des pistes
de reprise de l’usine
©

Espoir(s)

Il y aurait cinq repreneurs possibles du site d’Yssengeaux, dont Princesse Tam Tam.

Condamnées à voir leur usine fermée, ainsi que l’a annoncé le repreneur Alain Prost la semaine dernière, les 93 salariées de l'usine du fabriquant de lingerie Lejaby à Yssingeaux (Haute-Loire)  reprennent timidement espoir, alors que "cinq pistes sérieuses de repreneurs" sont à l’étude, selon Laurent Wauquiez, impliqué dans le dossier en tant que maire du Puy-en-Velay. Les salariées ont peut-être une chance : celle d’avoir vu leur usine fermer en pleine campagne présidentielle, où le thème des délocalisations et du "made in France" à la cote.

"Le préfet m'a dit qu'il y avait des repreneurs potentiels du site d'Yssingeaux et nous sommes prêts à participer en lui cédant tous les équipements des ateliers d'Yssingeaux, soit 200 machines à coudre", fait valoir Alain Prost. Parmi eux, il y aurait notamment Princesse Tam-Tam, qui pourrait se porter acquéreur de l’usine. Arnaud Montebourg se rend ce vendredi à Yssingeaux avec Assya Hiridjee, ex-directrice de collection chez Princesse Tam Tam et sœur de la fondatrice du groupe français de lingerie féminine pour proposer de nouveaux projets.

Les nouveaux dirigeants de Lejaby ont annoncé la semaine passée qu’ils ne conserveraient que 195 de ses 450 salariés et devraient fermer Yssingeaux. Ils se disent volontaires pour trouver ue issue positive : "on est même prêt à leur céder du matériel présent au siège, à Rillieux-la-Pape, comme des tables de coupe laser qui sont des équipements très onéreux", assure ainsi Alain Prost. 

Laurent Wauquiez a néanmoins estimé qu’il était "trop tôt" pour dire combien de salariés pourraient être gardés. Il a assuré que, pour chacune des pistes de reprises de l’usine, "nous allons mettre sur la table le maximum d’argent et d’accompagnement en terme de réindustrialisation, afin de garder les emplois"

Lu sur Le Progrès

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !