Législatives en Grand-Bretagne : un scrutin sous haute tension ce jeudi, 5 jours après l'attentat de Londres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Législatives en Grand-Bretagne : un scrutin sous haute tension ce jeudi, 5 jours après l'attentat de Londres
©

Décisif

Législatives en Grand-Bretagne : un scrutin sous haute tension ce jeudi, 5 jours après l'attentat de Londres

A Londres, Birmingham, Manchester, Liverpool ou Glasgow, les bureaux de vote fermeront à 22h00, heure locale.

Les électeurs britanniques se prononcent ce jeudi lors des élections législatives anticipées, dont le résultat est encore largement incertain. Le Brexit et la sécurité se trouvent au cœur des préoccupations des britanniques, 5 jours après l'attentat de Londres qui a coûté la vie à 8 personnes. Ces élections constituent un enjeu crucial pour les négociations sur la sortie de l'UE, organisées avec une sécurité renforcée en raison du climat de menace djihadiste.

Donnés favoris par les sondeurs, les conservateurs de la Première ministre Theresa May, 60 ans, ont vu fortement diminuer, selon les enquêtes d'opinion, l'écart de plus de 20 points qui les séparait des travaillistes de Jeremy Corbyn, 68 ans, à l'annonce en avril de la tenue du scrutin.

>>>> À lire aussi : Theresa May / Jeremy Corbin : comment le match électoral britannique se complique et se surcomplique

A Londres, Birmingham, Manchester, Liverpool ou Glasgow, les bureaux de vote fermeront à 22h00 (21h00 GMT), dans un pays ébranlé par trois attentats revendiqués par le groupe Etat islamique qui ont fait 35 morts en moins de trois mois, le dernier étant survenu samedi soir en plein cœur de Londres (8 morts).

Les mesures de sécurité ont été prévues dans la capitale pour permettre un déploiement rapide des forces de police en cas d'attaque. 

 

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !