Législatives : le PCF retire certains de ses candidats pour "contribuer à faire échec au FN" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Législatives : le PCF retire certains de ses candidats pour "contribuer à faire échec au FN"
©Reuters/Charles Platiau

Barrage

Législatives : le PCF retire certains de ses candidats pour "contribuer à faire échec au FN"

"Nous refusons le gâchis de la division, nous ne nous y résignons pas. Le résultat de l'élection présidentielle nous confère d'importantes responsabilités", ont estimé les communistes des Bouches-du-Rhône.

Le PCF a indiqué ce vendredi sa décision de retirer ses candidats dans quatre circonscriptions des Bouches-du-Rhône, avant tout pour "contribuer à faire échec au FN". 

"Nous refusons le gâchis de la division, nous ne nous y résignons pas. Le résultat de l'élection présidentielle nous confère d'importantes responsabilités", ont fait savoir les communistes des Bouches-du-Rhône, prônant le rassemblement, "malgré l'absence d'accord national" avec La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

>>>> À lire aussi : Guerre des investitures à gauche : Jean-Luc Mélenchon lance les tractations pour essayer de caser ses cadres à Montreuil

Sera notamment concernée la 4ème circonscription, "où Jean-Luc Mélenchon a décidé de se présenter". Les candidats de la 3ème circonscription, à Marseille, et de la 9ème (Aubagne-La Ciotat) se retirent également, "pour contribuer à faire échec au maire FN". 

Le sénateur-maire FN Stéphane Ravier est candidat des 13e et 14e arrondissements de Marseille, est candidat aux élections législatives dans la 3e circonscription.

Enfin, dans la 16ème circonscription (Arles-Miramas-Tarascon), les communistes retirent leur candidat "pour que la droite et l'extrême droite soient battues". 

"Nous ne voulons pas laisser le Front national s'ériger en opposition. Nous voulons incarner l'alternative, l'espoir de notre peuple dans un véritable changement", expliquent-ils. 

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !