Législative partielle dans le Doubs : Nicolas Sarkozy pencherait pour le "ni-ni" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy serait favorable au "ni-ni"
Nicolas Sarkozy serait favorable au "ni-ni"
©Reuters

C'est mon choix

Législative partielle dans le Doubs : Nicolas Sarkozy pencherait pour le "ni-ni"

Arrivé troisième derrière le FN et le PS, l'UMP a été éliminée du premier tour de la législative partielle dans le Doubs. Une situation peu évidente pour le président de l'UMP.

Et le piège se referme sur Nicolas Sarkozy. Alors que l'UMP avait réalisé de bons scores lors des dernières législatives partielles, elle s'est effondrée dans le Doubs. Avec 26,54% des voix, Charles Demouge a été éliminé arrivant en troisième position derrière le FN et le PS. Une situation peu évidente à gérer pour le parti et surtout pour Nicolas Sarkozy.

Le président de l'UMP doit choisir quelle stratégie adoptée. Et selon des informations d'Europe 1 rapportées ce lundi matin, l'ancien chef de l'Etat aurait tranché. En privé dimanche, peu après les résultats de cette élection, il aurait dit à des proches être favorable au "ni-ni", c'est à dire de laisser libre les électeurs du candidat UMP malheureux.

A LIRE AUSSI - Législative partielle dans le Doubs : l’UMP face au piège du Front républicain

Cette position est partagée à l'intérieur du parti par Thierry Mariani et Gérard Darmanin. Mais d'autres s'y opposent fermement comme Nathalie Kosciusko-Morizet qui a d'ailleurs appelé à titre personnel,ce lundi matin sur RMC à voter "pour l'opposant du candidat FN". Dominique Bussereau est lui aussi favorable à un "front républicain". Mais Nicolas Sarkozy aurait déjà décidé. La décision officielle sera rendue mardi à l'issue du Bureau politique.

lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !