Législative partielle : les résultats devraient être serrés dans le Doubs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Législative partielle : les résultats devraient être serrés dans le Doubs
©

En plein Doubte

Législative partielle : les résultats devraient être serrés dans le Doubs

Le duel s'annonce serré dans le Doubs, où les électeurs vont départager ce dimanche le socialiste Frédéric Barbier et la candidate FN Sophie Montel.

Les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures ce dimanche matin dans la quatrième circonscription du Doubs pour une législative partielle : les électeurs sont invités à pourvoir le siège de Pierre Moscovici, devenu commissaire européen. Le vote des 67.000 électeurs sera scruté à la loupe par les états majors de tous les partis : après avoir éliminé le candidat UMP au premier tour, ils pourraient envoyer un troisième député FN à l'Assemblée ou permettre de mettre fin à la série de défaites qu'a connu le PS depuis 2012.

Chaque camp a donc particulièrement gâté la circonscription. Le numéro deux du Front national, Florian Philippot, et le maire FN d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois, sont venus soutenir Sophie Montel. Marine Le Pen avait fait le déplacement avant le premier tour. En face, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve se sont ainsi rendus sur place.

Le résultat promet d'être serré. Un sondage Ifop publié jeudi donnait le candidat PS vainqueur avec 53 % d'intentions de vote, contre 47 % pour sa concurrente FN.

La grande inconnue réside dans le choix que feront les électeurs UMP du premier tour (26,5 % des votants). Selon ce sondage Ifop, 50 % d'entre eux envisagent de voter blanc ou de s'abstenir au deuxième tour. 26 % ont l'intention de voter pour le PS et 24 % pour le FN. La consigne du parti - Ni FN ni PS - a donc été seulement à moitié entendu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !