Législative dans le Doubs : la moitié des électeurs UMP ont voté Front national au second tour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Législative dans le Doubs : la moitié des électeurs UMP ont voté Front national au second tour
©

Tendance

Législative dans le Doubs : la moitié des électeurs UMP ont voté Front national au second tour

Selon l'étude menée par le chercheur Joël Gombin, il existe une "fusion relative mais bien avancée des électorats de l'UMP et du FN".

Dans une étude publiée vendredi 13 février, le chercheur Joël Gombin affirme que près de la moitié des électeur ayant voté pour l'UMP au premier tour de la législative partielle du Doubs se sont reportés vers le FN au second tour, contre seulement un quart en faveur du PS. Chercheur au CURAPP-université de Picardie-Jules-Verne, Joël Gombin détaille sur le site Slate.fr : "la moitié environ des électeurs ayant choisi l'UMP au premier tour se sont portés sur la candidate frontiste au second tour. Un quart ont choisi le candidat socialiste ; le dernier quart s'est abstenu ou a voté blanc ou nul". 

Joël Gombin évoque par ailleurs "la fusion, relative certes, mais bien avancée, des électorats de l'UMP et du FN" et estime que l'on ne peut "guère parler de succès du rassemblement républicain". D'après le modèle qu'il a développé pour parvenir à cette conclusion, Joël Gombin estime également que "le FN n'aurait guère mobilisé de nouveaux électeurs entre les deux tours, à peine plus de 4 % des abstentionnistes du premier tour" et note que "la progression de 16 points enregistrée entre les deux tours par la candidate frontiste n'a rien d'exceptionnel". 

Joël Gombin affirme avoir "observé des progressions du même ordre, souvent même supérieures, à peu près chaque fois que le FN s'est retrouvé en duel au second tour d'une élection législative en 2012 et depuis, et ce, quel que soit son adversaire".

Selon le même modèle, le chercheur estime que la victoire du candidat socialiste Frédéric Barbier "devrait beaucoup à sa capacité à mobiliser de nouveaux électeurs : pas moins de 17 % des abstentionnistes du premier tour auraient voté en sa faveur au second tour. Si ce modèle est exact, ces nouveaux électeurs (environ 6 800) auraient même été plus nombreux que ceux qui ont voté pour le candidat socialiste aux deux tours (5 200) ! Les électeurs de Charles Demouge (UMP) ayant choisi Barbier au second tour ne seraient, eux, que quelque 1 750" explique-t-il.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !