Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Banqueroute

Le Zimbabwe n'aurait plus que 217$ dans ses caisses

Le ministre des finances a annoncé que les caisses du pays étaient vide après avoir payé les fonctionnaires la semaine dernière.

Les caisses de l'Etat zimbabwéen étaient presque vides après avoir payé les fonctionnaires la semaine dernière, a annoncé mardi le ministre des Finances, Tendai Biti.

"La semaine dernière, quand nous avons payé les fonctionnaires, il restait 217 dollars dans les coffres du gouvernement", a annoncé M. Biti à des journalistes, faisant remarquer certains d'entre eux devaient être plus riches que l’État. "Les finances du gouvernement sont paralysées en ce moment. Nous n'atteignons pas nos objectifs", a-t-il ajouté.

Le Zimbabwe est donc contraint de faire appel à la générosité des donateurs internationaux pour financer le référendum constitutionnel et les élections prévues d'ici la fin de l'année, qui couteront 104 millions de dollars.

Rien ne va plus au Zimbabwe depuis que le président Robert Mugabe a commencé à saisir les fermes appartenant aux blancs il y a plus d'une dizaine d'années, plombant la confiance des investisseurs dans le pays, et paralysant la production. Les sanctions internationales n'ont pas tardé, et les touristes se sont faits plus rares.

Le Zimbabwe a longtemps souffert d'hyperinflation. Si la situation est aujourd'hui stabilisée, les finances publiques restent desastreuses et les entreprises locales souffrent d'un approvisionnement chaotique en electricité, de manque de liquidités et de couts du travail trop élevés.

Lu sur Business Insider
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.