Le tueur en série Michel Fourniret est mort à l’âge de 79 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Une photo prise le 20 mai 2008 de Michel Fourniret dans une voiture de police lors de son procès au palais de justice de Charleville-Mézières.
Une photo prise le 20 mai 2008 de Michel Fourniret dans une voiture de police lors de son procès au palais de justice de Charleville-Mézières.
©FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

« L’ogre des Ardennes »

Le tueur en série Michel Fourniret est mort à l’âge de 79 ans

Michel Fourniret avait été envoyé en urgence à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris le 8 mai dernier. Son pronostic vital était engagé, et son état de santé était considéré comme « non réversible ». Michel Fourniret est décédé ce lundi 10 mai.

Le tueur en série Michel Fourniret est décédé à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris, selon les précisions du procureur de la République de Paris Rémy Heitz, cité par l'AFP. Selon le procureur, « une enquête a été ouverte pour « recherches des causes de la mort », confiée au troisième district de police judiciaire ».

Atteint de problèmes cardiaques et de dégénérescence mentale, Michel Fourniret avait été hospitalisé en urgence « il y a plusieurs jours ». Selon des informations du Parisien, Michel Fourniret se trouvait à l'Unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI) de la Pitié-Salpétrière depuis le 28 avril.

D'après Le Parisien, qui a révélé son hospitalisation, les médecins auraient considéré que Michel Fourniret n'était plus réanimable et un protocole de fin de vie a été mis en place.

L'état de santé de l'homme de 79 ans se serait drastiquement aggravé dans la journée de samedi, durant laquelle il aurait montré des signes d'insuffisance respiratoire. Il avait été transféré aux urgences, où le personnel médical aurait considéré son état comme « non réversible ».

Incarcéré à perpétuité au centre pénitentiaire de Fresnes pour le meurtre de huit personnes, Michel Fourniret avait déjà été hospitalisé à plusieurs reprises.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !