Le siège de Les Républicains pourrait être vendu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le siège de Les Républicains pourrait être vendu
©BERTRAND GUAY / AFP

Dur dur

Le siège de Les Républicains pourrait être vendu

"Est-ce bien rationnel d’avoir des locaux aussi grands, surtout dans une période où nous sommes dans l’opposition ?", a déclaré Bernard Accoyer dans les colonnes du Parisien.

Après le Parti socialiste, c'est au tour de Les Républicains de se poser la question concernant la vente de son siège situé au 238 rue Vaugirard, dans le XVe arrondissement de Paris. Après la défaite à la présidentielle le parti a quelques problèmes de trésoreries. En effet, comme l'indique le Lab politique d'Europe 1 ce lundi 18 septembre, "les revers électoraux ont grevé les fonds du parti, endetté à hauteur de 55 millions d’euros". De ce fait, l'immeuble acheté par l'UMP en 2011 pour 40 millions d'euros, selon le Lab politique, est devenu trop grand. En effet, il y a six ans, "130 salariés travaillaient à plein temps dans les 5 500 m² de bureaux, aujourd’hui, ils ne sont plus que… 75", indique le Lab politique.

>>> À lire aussi : Nicolas Dupont-Aignan : "Macron est au pouvoir parce qu'on a cédé à cette tyrannie que les électeurs Républicains, Debout la France ou FN n'auraient pas le droit de travailler ensemble" 

Pas étonnant, que l’actuel secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, s’interroge dans les colonnes du Parisien, ce lundi 18 septembre : "Est-ce bien rationnel d’avoir des locaux aussi grands, surtout dans une période où nous sommes dans l’opposition ?" Cette idée a également traversé l'esprit de Florence Portelli. "Avoir un siège dans le fin fond du XV arrondissement et desservi par une seule ligne de station de métro, c’est quand même la galère, sauf pour celui qui vient avec une voiture avec chauffeur. Et c’est assez révélateur des gens qui ont dirigé ce parti ces dernières années, c’est-à-dire totalement déconnectés de leur base", fustige-t-elle dans Le Parisien. 

Lu sur le Lab politique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !