Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

A (pas encore) voté

Le second tour des élections municipales "sûrement" repoussé après l'été

L'annonce a été faite par la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault.

La ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, invitée sur France 3 ce dimanche, a préparé les esprits à un report du second tour des élections municipales, dont le premier tour le 15 mars, à la veille du confinement, avait provoqué la polémtique.

"Nous pensons qu'il sera difficile de tenir les élections au mois de juin", a-t-elle dit, se réferant à la date envisagée du 21 juin. "Vous avez vu que l'AMF [Association des maires de France] demande à ce que ça soit fin septembre, alors je ne sais pas si ça sera fin septembre ou octobre mais en tout cas le réalisme conduit à ce que ça sera sûrement après l'été", a-t-elle précisé.

Néanmoins, elle assure que les conseils municipaux des 30.000 communes où l'élection a été bouclée dès le premier tour seront mis en place "avant l'été", "au mois de juin et même si c'était possible un peu avant".

Le président de l'Association des maires de France, François Baroin, a demandé vendredi à ce que le second tour des élections municipales puisse se tenir "dans la deuxième quinzaine de septembre". Initialement prévu le 22 mars, le second tour des municipales a été reporté à cause de l'épidémie de Covid-19. La date du report doit être fixée en fonction d'un rapport scientifique sur la situation sanitaire qui doit être remis le 23 mai au gouvernement.

Ces dates ne plaisent pas à tous. Le président du Modem François Bayrou, s'est dit dimanche lors du grand jury RTL/Le Figaro/LCI.tour opposé à la date de juin "car si une partie de la population était encore confinée", la concomitance avec ce scrutin serait "contradictoire". La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a de son côté jugé sur France 3 qu'une élection en septembre serait prématurée, car "nous serons dans une situation de grave crise économique et ce sera l'urgence du moment". Elle propose que les élections aient lieu "peut-être un peu plus tard, peut-être au mois de mars (2021) avec les départementales".

 

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.