Le Royaume-Uni prépare un nouveau règlement pour lutter contre l'accès infantile à la pornographie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pornhub - AFP
Pornhub - AFP
©Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Halte au porno

Le Royaume-Uni prépare un nouveau règlement pour lutter contre l'accès infantile à la pornographie

Face à l'aggravation du problème de la pornographie chez les enfants, le Royaume-Uni a décidé de prendre le taureau par les cornes en demandant aux sites pornographiques de durcir le processus de vérification d'âge.

Le British Board of Film Classification avait reçu en février 2018 la charge de réguler la pornographie en ligne et semble avoir trouvé une solution. Le nombre d'enfants touchés par la pornographie devient en effet un problème pour tous les pays. A partir du 15 juillet 2019, le gouvernement britannique compte mettre en place un nouveau règlement pour garantir l'interdiction d'accès aux sites pour adultes aux mineurs. Les sites concernés devront concevoir un système de vérification d'âge sûr, pour s'assurer que les personnes au-dessous de 18 ans n'ont pas accès à leur contenu. S'ils ne respectaient pas ce nouveau règlement, ils pourraient être soumis à des amendes ou bloqués à tous les utilisateurs britanniques. La BBFC pense donc que les propriétaires de ces sites respecteront le nouveau règlement britannique. Les vérifications d'âge des usagers pourraient se faire via des détails personnels dans une base de données individuelle ou l'achat d'un pass dans un kiosque. Par cette initiative unique au monde, le Royaume-Uni souhaite être le pays offrant la plus grande sécurité en ligne aux enfants. Cependant, ce nouveau règlement soulève de nombreuses contestations, particulièrement sur la vie privée et le risque de fuite de données.

The Independant

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !