Le rapporteur de la mission "Pouvoirs publics" s'inquiète de ne pouvoir connaître certains salaires de l'Assemblée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le rapporteur de la mission "Pouvoirs publics" s'inquiète de ne pouvoir connaître certains salaires de l'Assemblée
©ERIC FEFERBERG / AFP

Opacité

Le rapporteur de la mission "Pouvoirs publics" s'inquiète de ne pouvoir connaître certains salaires de l'Assemblée

Le député UDI Philippe Vigier a dénoncé une opacité qui règne autour de certains dossiers de l'Assemblée nationale.

Lors d'une réunion de la commission d'évaluation des politiques publiques, le rapporteur spécial, Philippe Vigier, député UDI d'Eure-et-Loir chargé de la mission "Pouvoirs publics" a déclaré avoir rencontré des problèmes dans son enquête générale sur les institutions politiques de la République. Et ce non au Sénat ou au Conseil Constitutionnel, mais à l'Assemblée nationale. 

Le député a affirmé n'avoir pas réussi à obtenir de réponses claires sur de nombreux sujets épineux. Il demandait, entre autres :

- la liste des quarante premiers traitements de fonctionnaires ou de contractuels

- la liste des logements de fonction

- les modalités de calcul des primes des fonctionnaires

- la rémunération du déontologue de l'Assemblé nationale

- La liste des dix voyages ou déplacements les plus coûteux

- Les éléments sur la négociation du prix d'achat et l'évaluation du prix des travaux de l'hôtel de Broglie

"Je me heurte à une volonté d’obstruction parfaitement scandaleuse", a-t-il dénoncé, pointant du doigt les "responsables administratifs de l'Assemblée, qu'il accuse même de "violer sciemment le texte organique, la LOLF, qui définit les pouvoirs du Parlement en matière budgétaire". 

Le cabinet de François de Rugy a affirmé avoir au contraire répondu "de manière détaillée" aux demandes du député. Christophe Castaner, présent en Commission, n'a pas réagi. 4 questeurs ont dénoncé une "démarche intrusive", et rappelé que ces informations ne pouvaient pas se trouver sur la place publique.

Lu sur L'Opinion

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !