Le projet de loi instaurant le passe vaccinal adopté en première lecture ce matin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Assemblée nationale
Assemblée nationale
©PIERRE ANDRIEU / AFP

Longue nuit

Le projet de loi instaurant le passe vaccinal adopté en première lecture ce matin

214 voix pour, 93 contre, et 27 abstentions

Après trois jours de débats tumultueux, alimentés par des propos controversés d'Emmanuel Macron, prêt à «emmerder» les non-vaccinés, l'Assemblée nationale a adopté jeudi 6 janvier au petit matin en première lecture le projet de loi transformant le passe sanitaire en passe vaccinal indique Le Figaro.

Le texte doit désormais être examiné par le Sénat en début de semaine prochaine, pour une entrée en vigueur que le gouvernement voulait au 15 janvier mais qui devrait être repoussée de quelques jours précise Le Monde

Le pass vaccinal» vise à freiner la propagation du variant Omicron du coronavirus, dont la forte contagiosité se traduit par des niveaux record du nombre de contaminations quotidiennes en France. Les derniers chiffres du ministère de la Santé rapportent que 332 252 nouvelles contaminations ont été recensées en France lors des dernières 24 heures, un record depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020. Le projet de loi adopté par les députés a aussi pour but de renforcer les mesures de lutte contre la fraude aux documents relatifs à l’état de vaccination contre le Covid-19 souligne L'Opinion.

Jusqu’au petit matin, les parlementaires ont échangé sur le fond, les oppositions ciblant en particulier les contrôles d’identité que pourront opérer cafetiers ou restaurateurs en cas de «raisons sérieuses» de penser qu’il y a fraude au pass vaccinal. Les députés LR, qui se sont finalement divisés sur le vote d’ensemble du projet de loi (28 pour, 24 contre, 22 abstentions), ont annoncé qu’ils saisiraient le Conseil constitutionnel sur ce point des contrôles ajoute Libération.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !