Le procès des époux Fillon se tiendra en février et mars prochains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Le procès des époux Fillon se tiendra en février et mars prochains
©AFP

Revers de la médaille

Le procès des époux Fillon se tiendra en février et mars prochains

Deux après le début de l'enquête, les dates définitives du procès des époux Fillon viennent d'être fixées.

Les dates définitives des procès de François Fillon, de son ancien suppléant à l'Assemblée nationale ainsi que de son épouse Pénélope dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs présummés ont définitivement été fixées. Les deux époux et l'ancien suppléant de l'ex-Premier ministre seront jugés du 24 février au 11 mars par le tribunal correctionnel de Paris. 

Plusieurs chefs d'accusation retenus

Les 24, 26 et 27 févriers ainsi que les 2,4,5,9,10, et 11 mars prochains, devant la 32e chambre correctionnelle, François Fillon devra, entre autres, répondre de "détournement de fonds publics",  de "complicité et recel" de ce délit, de "complicité et recel d'abus de biens sociaux" et également de "manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique".

Pénélope Fillon, parce qu'elle était rémunérée en tant que collaboratrice lorsque son mari était député, est quant à elle poursuivie pour "complicité et recel" puisqu'elle est accusée de détournement de fonds publics et d'abus de biens sociaux. Marc Joulaud, l'ancien suppléant du candidat LR aux élections présidentielles de 2017, sera pour sa part jugé pour "détournements de fonds publics".

D'autre part, le couple devra également répondre devant le tribunal de complicité et recel d'abus de biens sociaux pour l'emploi en partie fictif de Mme Fillon à la Revue des Deux Mondes. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !