Le plaidoyer de Patrick Buisson au procès des sondages de l’Elysée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Patrick Buisson
Patrick Buisson
©Capture d'écran Europe 1

Ego

Le plaidoyer de Patrick Buisson au procès des sondages de l’Elysée

L’ex-conseiller de Nicolas Sarkozy est accusé de « recel » et de « détournement de fonds publics »

Lundi 25 octobre, au cinquième jour d’audience devant la 32chambre correctionnelle de Paris, Patrick Buisson, l’« animateur »et gérant de fait de la société Publifact, qui a bénéficié entre 2007 et 2012 de contrats passés sans appel d’offres avec l’Elysée pour la fourniture d’enquêtes d’opinion et des prestations de conseil politique, s’est lancé dans un monologue de plusieurs heures destiné à « faire toute la lumière » sur l’affaire souligne Le Monde.

 "M. Buisson, 72 ans, s’emploie à narrer son rôle au côté de Nicolas Sarkozy, qu’il conseille depuis 2005 et avec lequel il converse alors au téléphone « d’une à quatre fois par jour ». Ce qu’a acheté le nouveau chef de l’Etat en 2007, assure l’ex-conseiller, c’est une « prestation à forte valeur ajoutée »".

"Patrick Buisson estime par ailleurs que le contrat avec Publifact, certes « limite » sur le plan juridique, a le mérite d’être « le premier », là où, de François Mitterrand à Jacques Chirac, les sondages élyséens étaient payés en espèces prélevées sur les fonds secrets de l’exécutif. C’est donc, à l’en croire, un « progrès dans la moralisation de la vie publique »" ajoute Le Monde.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !