Le Pen, Philippot, Juppé... les réactions à la loi contre les "fake news" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le Pen, Philippot, Juppé... les réactions à la loi contre les "fake news"
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

A chaud

Le Pen, Philippot, Juppé... les réactions à la loi contre les "fake news"

Si une large partie de l'opposition fait part de son inquiétude, Alain Juppé se déclare "en plein accord" avec le chef de l'Etat.

C'était la principale information à retenir des vœux à la presse d'Emmanuel Macron : la mise en place d'un projet de loi visant à lutter contre la diffusion de fausses informations en période électorale. Cette mesure a été commentée par plusieurs responsables politiques, certains se demandant où était la frontière entre liberté d'expression et information fausse. "Qui va décider si une information est fausse?", a interrogé Marine Le Pen sur Twitter. "Des juges du Syndicat de la Magistrature? Le gouvernement ?".

L'ancien frontiste Florian Philippot a, quant à lui, jugé ce projet inquiétant. "Toute société démocratique a besoin de contre-pouvoirs citoyens, en particulier quand quelques milliardaires possèdent l’essentiel des grands médias, ce qui met en danger le libre travail des rédactions et des journalistes" a-t-il lancé dans un communiqué. Même son de cloche chez Nicolas Dupont-Aignan, qui juge qu'un projet de loi "pour limiter les "fausses nouvelles" ne saurait être le prétexte pour restreindre la liberté sur Internet".

 

Même questionnement du côté des Insoumis. "Qu'est ce qu'une “fake news”, comment on l'empêche, de quoi parle-t-on exactement?" a indiqué Alexis Corbière sur BFMTV. "J'ai peur que là-dedans il y ait une volonté de museler. Moi je suis pour la liberté du net, des moyens législatifs existent aujourd'hui pour contrôler".

Chez les Républicains en revanche, la mesure divise. Si Lydia Guirous voit "une proposition dangereuse pour la liberté de la presse", Alain Juppé se déclare "en plein accord avec Emmanuel Macron. Pour le maire de Bordeaux, "combattre les 'Fake news', c'est protéger la démocratie. Il est aussi essentiel de former les plus jeunes à l'esprit critique".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !