Le patron de la police présente son "plan de sécurité publique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le patron de la police présente son "plan de sécurité publique"
©REUTERS/Benoit Tessier

Après la colère

Le patron de la police présente son "plan de sécurité publique"

Le vieux pistolet-mitrailleur des policiers et le flashball seront remplacés par des armes plus modernes.

Alors que le mouvement de colère des policiers ne faiblit pas, malgré le début des vacances scolaires, Jean-Marc Falcone, directeur général de la police nationale, dévoile dans le JDD ses mesures pour apaiser ses troupes. "En tant que chef de ces hommes, je comprends leur grand malaise. Et je vous dis aussi que je partage la quasi-totalité de leurs revendications", assure-t-il, malgré les huées dont il a été victimes lors de certaines manifestations.

Jean-Marc Falcone rappelle les moyens mis sur la table cette année, et annonce certaines mesures, parmi lesquelles le développement des "tablettes connectées au réseau et disponibles sur le terrain" et l'amélioration de "la protection des véhicules et des policiers". Par ailleurs, "je vais doter les policiers d'un armement plus sophistiqué avec le renouvellement du vieux pistolet-mitrailleur qui sera remplacé par une arme longue plus moderne", annonce-t-il, et "les flash-ball vont être remplacés par un lanceur de balles de défense plus précis et adapté aux missions".

Il compte aussi réviser le dispositif des gardes statiques de surveillance, décriées par les manifestants, dont il envisage de remplacer les forces de l'ordre par des entreprises privées de sécurité.

Le patron des policiers n'envisage toutefois pas un assouplissement des règles de légitime défense. A la question "À Viry, selon vous, auraient-ils pu tirer?", il répond sans détour : "Oui. Sans aucun problème. On les attaque, on les empêche de sortir de leur voiture, on menace de les brûler, à mon sens tous les éléments constitutifs de la légitime défense étaient engagés."

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !