Le parti d'extrême-droite espagnol Vox veut construire un mur entre le Maroc et les enclaves de Melilla et Ceuta | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le parti d'extrême-droite espagnol Vox veut construire un mur entre le Maroc et les enclaves de Melilla et Ceuta
©FADEL SENNA / AFP

Make Spain great again

Le parti d'extrême-droite espagnol Vox veut construire un mur entre le Maroc et les enclaves de Melilla et Ceuta

Et il veut le faire payer aux Marocains.

C'est ce qui s'appelle du plagiat. Le président du parti d'extrême-droite espagnol Vox Santiago Abascal aimerait construire un mur entre le Maroc et les enclaves espagnoles du nord du Maroc, Ceuta et Melilla afin de lutter contre l'immigration clandestine. C'est ce que révèle l'écrivain Fernando Sánchez Dragó dans son livre “Santiago Abascal. L’Espagne vertébrée”. Il ajoute également que le Maroc pourrait payer cette construction.

Selon le plan sans accrocs prévu par Santiago Abascal, ce serait l'armée qui surveillerait la frontière en lieu et place de la police durant la construction de ce mur. Construction qui devrait être financée par le gouvernement marocain selon lui puisque c'est le Maroc "qui envoie des vagues d'immigrés clandestins pour faire chanter l'Union Européenne".

Le président de Vox aimerait mette en place un "mur psychologique" via de nouvelles lois interdisant aux migrants d'être régularisés, d'avoir accès aux services d'assistance sociale ou de santé selon l'agence Europa Press. Il envisage également de lutter contre les ONG qu'il assimile à des esclavagistes allant "collecter des marchandises humaines".

Ce vaste programme n'est pour l'instant qu'un simple projet, puisque le Conseil des ministres espagnols a de son côté décidé de supprimer les fils barbelés installés à la frontière entre Ceuta et Melilla.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !