Le parquet de Paris ouvre une enquête après les révélations sur des messages racistes qui auraient été publiés par des policiers sur Facebook | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Le parquet de Paris ouvre une enquête après les révélations sur des messages racistes qui auraient été publiés par des policiers sur Facebook
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Lutte contre le racisme

Le parquet de Paris ouvre une enquête après les révélations sur des messages racistes qui auraient été publiés par des policiers sur Facebook

Le parquet de Paris a annoncé ce vendredi à l’AFP l’ouverture d’une enquête préliminaire pour "injure publique à caractère raciste" et "provocation publique à la haine raciale". Des messages, issus d'un groupe Facebook privé, ont été révélés jeudi par la rédaction de Streetpress.

Le parquet de Paris a annoncé ce vendredi à l’AFP l’ouverture d’une enquête préliminaire pour "injure publique à caractère raciste" et "provocation publique à la haine raciale", après la révélation de messages racistes publiés sur Facebook dans un groupe réunissant des membres des forces de l’ordre (des policiers et des gendarmes). La rédaction de Streetpress est à l’origine de ces révélations

L’ouverture de cette enquête intervient quelques heures après que le parquet a été saisi par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sur ces messages révélés jeudi par les journalistes de Streetpress.

Au regard de la mort de George Floyd lors d’un contrôle policier et suite à la manifestation de mardi dernier à Paris en hommage à Adama Traoré, les questions du racisme et des "violences policières" sont à nouveau au cœur des débats aux Etats-Unis et en France. 

Dans ce contexte, les rassemblements en hommage à George Floyd qui devaient se dérouler à Paris ce samedi 6 juin ont été interdits par la préfecture de police de Paris, notamment pour des raisons sanitaires suite à la pandémie de Covid-19. 

20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !