Le nouveau Pape François Ier est le premier non-européen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Voici le nouveau Pape François Ier
Voici le nouveau Pape François Ier
©REUTERS/Dylan Martinez

Surprise

Le nouveau Pape François Ier est le premier non-européen

L'Argentin Jorge Mario Bergoglio a été élu mercredi soir à la surprise générale comme nouveau Pape. Il s'agit du 266ème Pape de l'histoire mais seulement du premier venu du continent américain.

Et soudain la fumée blanche ! Une fumée blanche d'une importance capitale car elle signifie que l'Eglise catholique a un nouveau Pape. Il s'agit de l'Argentin Jorge Mario Bergoglio. L'archevêque de Buenos-Aires a été élu mercredi soir à la surprise générale pour succéder à Benoît XVI après sa démission historique le 28 février. Il s'agit du premier pape non-européen de l'histoire. Jorge Mario Bergoglio a choisi le nom de François, qui sera porté pour la première fois par un souverain pontife. Agé de 76 ans, il est également le premier jésuite à monter sur le trône de Saint Pierre.

Après la formule "Habemus papam" prononcée par le cardinal français Jean-Louis Tauran, le 266e pape de l'histoire est apparu au balcon pour sa première bénédiction urbi et orbi. "Les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde", a-t-il plaisanté, avant de prier pour son prédécesseur et d'appeler à la "fraternité" au sein de l'Eglise. Une immense clameur a alors retenti Place Saint-Pierre pendant que les cloches sonnaient à toute volée. Cette élection met un point final à quatre semaines inédites et mouvementées, depuis l'annonce surprise le 11 février par Benoît XVI de sa renonciation à l'âge de 85 ans --une première en sept siècles, depuis celle du pape moine Célestin V.

Des "papabili" hors course

Le prochain pape se retrouve à la tête d'une Église confrontée à de grandes difficultés : sécularisation massive dans les pays de tradition chrétienne, scandales de pédophilie et de corruption qui remontent sans cesse du passé, mauvaise gouvernance et intrigues à la Curie, difficultés d'adaptation aux cultures locales, rapports tendus avec l'islam rigoriste, contestations diverses. Mais, en même temps, le nombre des catholiques croît rapidement dans beaucoup de pays du sud. L'Eglise, vivante, est aux avant-postes sur de nombreux terrains (santé, pauvreté, éducation, etc...), et enregistre dans ses rangs une floraison d'initiatives et de nouveaux mouvements.

Depuis un mois, le plus petit État du monde bruissait de rumeurs sur le profil souhaité de l'élu --administrateur à poigne, pasteur chaleureux, théologien, réformateur moderne mais respectueux de la tradition-. Serait-il italien à nouveau --après 35 ans de pontificat polonais et allemand--, européen, nord ou sud-américain, africain, voire asiatique ? Les "papabili" les plus souvent cités avaient été le Canadien Marc Ouellet, le Brésilien Odilo Pedro Scherer, l'Italien Angelo Scola. Tous des hommes énergiques et doctrinalement sûrs, pas révolutionnaires, manquant de charisme mais estimés. Avec des points de ressemblance avec leur mentor Joseph Ratzinger. Désormais, le nouveau Souverain Pontife est connu. A lui de faire l'histoire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !