Le ministre des Affaires étrangères israélien veut "décapiter à la hache tous les Arabes qui ne sont pas fidèles à Israël" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Avigdor Lieberman
Avigdor Lieberman
©Reuters

Escalade verbale

Le ministre des Affaires étrangères israélien veut "décapiter à la hache tous les Arabes qui ne sont pas fidèles à Israël"

Avigdor Lieberman a prononcé ces paroles ce dimanche lors d'un meeting politique.

La déclaration risque de faire couler beaucoup d'encre, en espérant que ce ne soit pas du sang. Le chef de la diplomatie israélienne a déclaré ce dimanche lors d'un meeting électoral dans la ville de Herzliya, au nord de Tel-Aviv, que tous les Arabes israéliens qui ne sont pas fidèles à Israël devraient "être décapités à la hache", selon une infromation de NewsWeek. "Ceux qui sont avec nous méritent tout, mais ceux qui sont contre nous méritent d'être décapités à la hache" a ainsi lâché Avigdor Lieberman.

Il a également ajouté que les personnes brandissant un drapeau noir le jour de la nakba devraient être renvoyées dans les territoires palestiniens. "Pour moi, ceux qui brandissent ce drapeau n'appartiennent pas à Israël, et je pourrais en faire don au chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas", a-t-il déclaré. "Ce serait avec plaisir." Le jour de la "nakba" (qui signifie désastre, en arabe) fait référence à l’exode de milliers de Palestiniens après l’indépendance d’Israël et leur retour en terres palestiniennes.

Une position pour le moins radicale, mais aussi à vue électoraliste, selon certains. Les élections législatives du 17 mars se profilent en effet dans le pays hébreu et Benyamin Netanyahou et son gouvernement (auquel appartient Avigdor Lieberman) sont en difficulté dans les sondages.

Le ministre n'en est pas à son premier coup d'éclat concernant la population arabe de l'Etat hébreu. Il a régulièrement critiqué cette population dans ses interventions publiques.

Lu sur NewsWeek

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !