Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a proposé une protection rapprochée pour le professeur de philosophie de Trappes qui se dit menacé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Gérald Darmanin ministre de l'Intérieur Didier Lemaire
Gérald Darmanin ministre de l'Intérieur Didier Lemaire
©Ludovic MARIN / AFP

Menaces

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a proposé une protection rapprochée pour le professeur de philosophie de Trappes qui se dit menacé

Gérald Darmanin a proposé une protection rapprochée au professeur de Trappes faisant l'objet de menaces.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé jeudi avoir proposé une « protection rapprochée » au professeur de philosophie de Trappes qui a indiqué faire l'objet de menaces depuis qu'il a défendu, dans une lettre ouverte, l'enseignant Samuel Paty, décapité lors d’un attentat à Conflans-Sainte-Honorine.

Gérald Darmanin s’est exprimé sur Twitter sur ce dossier :

« Didier Lemaire bénéficiait depuis plusieurs jours d'une protection des services de police des Yvelines. Je lui ai proposé cet après-midi (jeudi) de bénéficier également d'une protection rapprochée ».

Cette protection sera assurée par le Service de la protection (SDLP), chargé de la protection des dirigeants et des personnalités menacées, a précisé à l'AFP le ministère de l'Intérieur.

Didier Lemaire, qui a accepté cette proposition, a expliqué à l'AFP qu'il allait « quitter l'enseignement, mais pas forcément l'Education nationale. Tout dépend de la mission qui pourrait m'être confiée »,

Une enquête a été ouverte le mois dernier pour « menaces sur personne chargée de mission de service public » après que « des inquiétudes vis-à-vis du professeur [Didier Lemaire] à l'encontre duquel des menaces auraient été proférées » ont été signalées au parquet de Versailles.

Didier Lemaire a expliqué dans les médias ces derniers jours qu’il faisait l'objet de menaces depuis sa lettre ouverte du 1er novembre dans laquelle il dénonce « l'absence de stratégie de l'État pour vaincre l'islamisme ».

Pour le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, ces propos « stigmatisent les 32.000 habitants de cette ville qui, pour la très grande majorité d'entre eux, sont attachés aux valeurs républicaines ».

Quant au maire Génération.s de la ville, Ali Rabeh, il a dénoncé auprès de l'AFP des « mensonges » et des « contre-vérités ».

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !