Le journaliste français Mathias Depardon finalement expulsé vers la France, après un mois de détention en Turquie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le journaliste français Mathias Depardon finalement expulsé vers la France, après un mois de détention en Turquie
©Reuters Pictures

Soulagement

Le journaliste français Mathias Depardon finalement expulsé vers la France, après un mois de détention en Turquie

"La procédure d'expulsion de Mathias Depardon est en cours. Il est dans un avion de Gaziantep vers Istanbul, et devrait être rentré à Paris ce soir", assure Reporters sans frontières (RSF).

L'association Reporters sans frontières (RSF) a indiqué à l'AFP que le photojournaliste français Mathias Depardon, arrêté lors d'un reportage dans le sud-est de la Turquie où il a été détenu un mois, a finalement été conduit à Istanbul, d'où il sera expulsé vers la France vendredi après-midi. 

"La procédure d'expulsion de Mathias Depardon est en cours. Il est dans un avion de Gaziantep vers Istanbul, et devrait être rentré à Paris ce soir", a expliqué à l'AFP le secrétaire général de RSF. Le photojournaliste français avait reçu une visite de sa mère jeudi.

Jeudi, les avocats de Mathias Depardon réclamaient toujours une intervention de la Commission européenne pour mettre fin à la "détention arbitraire" du photojournaliste français, dans un courrier relayé par l'AFP. 

"Le caractère arbitraire de la détention subie par notre client [...] est absolument indiscutable", écrivaient Me Rusen Aytac, William Bourdon, Martin Pradel et Emine Seker, dans ce texte adressé jeudi au commissaire européen aux Droits de l'Homme, Niels Muiznieks.

Cette détention "viole l'article 5.1 de la Convention européenne des droits de l'Homme et de sauvegarde des libertés fondamentales", ajoutaient-ils. 

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !