Le jour où les services secrets ont failli tuer Mahmoud Ahmadinejad | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Cet événement est arrivé alors que les Etats-Unis cherchaient à gérer le programme nucléaire iranien
Cet événement est arrivé alors que les Etats-Unis cherchaient à gérer le programme nucléaire iranien
©Reuters

Oups

Le jour où les services secrets ont failli tuer Mahmoud Ahmadinejad

Un agent des services secrets était en train d’ajuster son arme quand une balle est malencontreusement partie toute seule…

Cet évènement n’avait fait l’objet que d’un mémo de trois lignes adressées au Président George W. Bush. Mais ces quelques mots résument ce qui aurait pu devenir une des plus grandes affaires géopolitiques de la décennie. Comme le rapporte The Atlantic, un agent des services secrets américains chargés en 2006 d’escorter Mahmoud Ahmadinejad, lors de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, a failli tuer le président iranien. Le site américain reprend ainsi une anecdote tirée de l’ouvrage (à paraître) Deep State: Inside the Government Secrecy Industry, des journalistes Marc Ambinder et D. B. Grady.

Comme le raconte The Atlantic, alors que le président iranien se rendait à une conférence de l’Onu, un des agents des services secrets ajustait son arme de service et a malencontreusement tiré une balle ! "Tout le monde s’est arrêté de bouger, raconte un des témoins dans l’ouvrage. Les Iraniens nous ont regardés, et nous les avons regardés. L’agent a commencé à s’excuser. Ahmadinejad a juste tourné la tête et est entré dans la voiture."

"A l’époque l’administration Bush [qui n’a eu vent de l’incident que le lendemain] cherchait comment gérer le programme nucléaire iranien", rappelle The Atlantic. Selon le journal, Ahmadinejad aurait pu clamer qu’on avait tenté de l’assassiner et l’incident aurait pu avoir des conséquences diplomatiques très graves.

Lu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !