Le gouvernement va nationaliser "temporairement" les chantiers STX de Saint-Nazaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le gouvernement va nationaliser "temporairement" les chantiers STX de Saint-Nazaire
©LOIC VENANCE / AFP

Rebondissement

Le gouvernement va nationaliser "temporairement" les chantiers STX de Saint-Nazaire

Pour environ 80 millions d'euros, l'État s'apprête à devenir propriétaire à 100% des chantiers de l'Atlantique a annoncé Bruno Le Maire.

"L'objectif n'est pas de nationaliser STX." Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner était particulièrement affirmatif ce matin sur RMC. Mais quelques heures plus tard, Le Monde révélait qu'Emmanuel Macron en avait décidé autrement. Une décision officialisée par Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse en milieu d'après-midi.

"Nous avons pris la décision d'exercer le droit de préemption de l'État sur STX", a justifié le ministre de l'Economie, qui n'a jamais utilisé le terme de nationalisation. Jusqu'à présent, l'Etat possédait 33,33% des actions. Pour environ 80 millions d'euros, il va en devenir propriétaire à 100%. Cette somme sera "prise en charge par l'Agence des participations de l'Etat".

Bruno Le Maire a évoqué la défense "des intérêts stratégiques de la France. Les chantiers de Saint-Nazaire sont un outil industriel unique en France. Nous voulions donc garantir aux salariés, mais aussi à la région, aux clients, aux sous-traitants, à tous les Français, que les compétences exceptionnelles des chantiers en termes de construction resteront en France". Le chef de Bercy a cependant souligné le caractère temporaire de la nationalisation, les chantiers STX n'ayant pas "vocation" à rester dans le giron de l'Etat. Le ministre souhaite d'ailleurs toujours trouver un accord avec l'Italien Ficantieri et se rendra à Rome mardi prochain afin de poursuivre les négociations.

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !