Le Gard et l'Hérault placés en vigilance orange pour des orages et pluies-inondations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le Gard et l'Hérault placés en vigilance orange pour des orages et pluies-inondations
©Reuters

Prudence

Le Gard et l'Hérault placés en vigilance orange pour des orages et pluies-inondations

Sur le relief cévenol, mais également en plaine sous orages stationnaires, les cumuls de précipitations deviendront conséquents. Il est attendu, d'ici dimanche matin, 100 à 150 mm de pluie, localement jusque 200 mm près du relief.

La prudence est demise en ce vendredi soir, notamment dans deux départements. EN effet, le Gard et l'Hérault ont été placés en vigilance orange pour des orages susceptibles d'être violents et qui pourront être accompagnés de fortes précipitations pouvant entraîner des inondations, selon Météo-France. L'alerte qui prévoit un début du phénomène samedi vers 12 heures est valable jusqu'à dimanche 7 heures au plus tôt.

Des précipitations en provenance de Méditerranée vont débuter près du golfe du Lion et se généraliser sur les régions cévenoles vendredi en fin de journée, toujours d'après le service de météorologie. Samedi matin, des orages pourront se mêler à ces précipitations. Puis le risque orageux se renforcera et se généralisera à partir de la mi-journée et s'intensifiera encore en soirée.

Selon les prévisionnistes, le département de l'Hérault sera le premier concerné, suivi du Gard. Sous les orages, les intensités de précipitations pourront alors être importantes, indique Météo-France. Sur le relief cévenol, mais également en plaine sous orages stationnaires, les cumuls de précipitations deviendront conséquents. Il est attendu, d'ici dimanche matin, 100 à 150 mm de pluie, localement jusqu'à 200 mm près du relief. Un vent de sud-est pourra gêner les écoulements vers la mer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !