Le FN sollicite 27 millions d'euros auprès de banques russes en vue de 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le FN sollicite 27 millions d'euros auprès de banques russes en vue de 2017
©REUTERS / Yves Herman

Une pièce svp

Le FN sollicite 27 millions d'euros auprès de banques russes en vue de 2017

Le Front national veut contracter un prêt de 27 millions d'euros pour ses prochaines campagnes présidentielle et législatives de 2017, selon The Times.

Malgré ses bons scores électoraux depuis 2012, qui lui ont permis d'engranger plus d'élus et donc de recettes financières, le Front national ne peut toujours pas assumer les importantes dépenses engendrées par des échéances électorales telles qu'une présidentielle ou des législatives.

Selon le magazine britannique The Times, le parti cherche donc 27 millions d'euros pour ses prochaines campagnes et aurait fait une demande auprès de banques russes.

Des informations en partie confirmées au Parisien par le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just. "On a en effet besoin de cet argent Mais à ce stade nous n'avons aucun contact avec une banque étrangère", explique-t-il. Le trésorier précise que le FN a commencé, depuis avant les régionales, a faire le tour des banques françaises, mais qu'il n'a eu pour l'instant "que des réponses négatives", ou pas de réponse du tout. En conséquence, il pourrait être obligé de se tourner vers des banques étrangères.

Cette semaine, Europe 1 avait annoncé que le parti de Marine Le Pen avait besoin de 12 millions d'euros pour la présidentielle et de 15 pour les législatives.

Ce n'est pas la première fois que le FN se tourne vers les banques russes. En 2014, le parti avait obtenu un prêt de 9 millions d'euros auprès de la First Cezch Russian Bank (FCRB). Suite à la polémique née en France, Marine Le Pen avait publié les lettres de refus de prêt des banques françaises.

Vendredi, le Kremlin, par la voix de son porte-parole Dmitri Peskov, a affirmé "ne pas être au courant" de l'existence d'une nouvelle demande de prêt. 

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !