Le directeur de Sciences Po avait été informé par l'ex-ministre Aurélie Filippetti, en 2019 des accusations d'inceste portées contre Olivier Duhamel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Sciences Po
Sciences Po
©BERTRAND GUAY / AFP

Scandale

Le directeur de Sciences Po avait été informé par l'ex-ministre Aurélie Filippetti, en 2019 des accusations d'inceste portées contre Olivier Duhamel

Pourtant dans un communiqué le patron de Sciences Po a dit cette semaine découvrir avec stupeur ces accusations, il a reconnu depuis avoir été prévenu

Le Monde révèle que le directeur de Sciences Po Frédéric Mion a publié, mardi, un communiqué pour faire part de sa « stupeur » face aux accusations d’inceste contre Olivier Duhamel, alors qu’il avait été prévenu par l’ancienne ministre socialiste de la Culture Aurélie Filippetti, en 2019. Mme Flipetti est professeur à Sciences Po. 

Le directeur de Sciences Po Frédéric Mion avait publié, mardi, un communiqué pour faire part de sa « stupeur » face aux accusations d’inceste contre Duhamel, Mercredi 6 janvier lors d’un conseil d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) organisé en visioconférence,
Frédéric Mion a répèté qu’il découvrait les actes commis par Duhamel.

Lors de la rentrée de 2020, le directeur choisit pourtant Olivier Duhamel pour la leçon inaugurale face à l’ensemble des campus de Sciences Po. et au public via une diffusion en direct sur YouTube. « Vous êtes en de très bonnes mains, celles du professeur Olivier Duhamel que je m’honore à considérer comme un maître mais surtout comme un ami », déclare M. Mion au micro, le 9 septembre 2020 selon Le Monde.

Mr Mion a reconnu les faits ajoute le Monde : "J’ai été inconséquent et j’ai manqué de discernement. Je suis prêt à l’entendre et à en subir les conséquences".

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !