Le dernier voyage du Costa Concordia a débuté ce mercredi au Giglio | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Costa Concordia a commencé son voyage pour Gênes
Le Costa Concordia a commencé son voyage pour Gênes
©Reuters

Fin de l'histoire

Le dernier voyage du Costa Concordia a débuté ce mercredi au Giglio

Les ultimes manœuvres ont débuté deux ans et demi après le naufrage du paquebot qui avait fait 32 morts.

Voilà deux ans et demi que le Costa Concordia a fait naufrage au large de Giglio en Toscane. Ce mercredi, les dernières manoeuvres pour faire place nette ont débuté. "Le navire progresse actuellement à près de deux nœuds" (3,7 km/h), précise l'un des ingénieurs chargés de l'opération de sauvetage du navire. "Tout se déroule comme prévu, c'est un grand jour pour le Giglio, mais nous ne serons vraiment sereins qu'une fois arrivé à Gênes", où le paquebot sera démantelé, a déclaré le Sud-Africain Nick Sloane, maître d'oeuvre de cette opération.

Le déplacement et le positionnement du navire ont été étudiés durant de longs mois pour ce renflouement à haut risque. Des centaines d'habitants de l'île et des touristes ont assisté aux premières manoeuvres. Le paquebot est remorqué par deux bateaux, escorté par 12 autres embarcations. Le Costa Concordia, long de près de 300 mètres et pesant quelque 114.500 tonnes, va effectuer un trajet en mer de près de 280 kilomètres. Il passera d'ailleurs à une vingtaine de kilomètres de la Corse, près de l'île d'Elbe.

Les opérations de renflouement avaient commencé en septembre lors d'une opération sans précédent de rotation de sa coque. L'opération a été menée par par l'armateur italien Costa et effectuée par le consortium américano-italien Titan-Micoperi. En tout, ce sauvetage devrait coûter 1,5 milliard d'euros.

A LIRE AUSSI - Costa Concordia : comment les ingénieurs projettent de le remettre à flot

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !