Le déficit public français à 3,9% en 2015, Moscovici assure ne pas négocier de délai | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le déficit public français à 3,9% en 2015, Moscovici assure ne pas négocier de délai
©

Mauvaise nouvelle

Le déficit public français à 3,9% en 2015, Moscovici assure ne pas négocier de délai

La France s’était engagée à le descendre sous les 3% d’ici 2015 mais la Commission européenne affirme qu'elle ne tiendra pas son objectif.

Énième coup dur pour le gouvernement français. La Commission européenne vient en effet de donner des prévisions loin d’être positives. Et pour cause, elle affirme que le déficit public de la France sera toujours à 4% en 2014 puis à 3,9% en 2015. Pourtant, l’objectif était de passer sous la barre des 3%. Le gouvernement avait d’ailleurs obtenu un délai supplémentaire l’an dernier après de fortes négociations avec le commissaire européen Olli Rehn. Du coup, la dette devrait atteindre les 97,3% du PIB en 2015. En outre, Bruxelles ne voit pas le chômage baisser dans les deux années qui suivent. Il serait donc toujours de 11% en 2015.

"Ces prévisions sont placées sous le signe de la croissance et de la reprise en zone euro. Elles confirment notre scénario d'amélioration global et graduelle de l'activité", s'est pourtant félicité le ministre de l'Economie Pierre Moscovici. Lors d'une conférence de presse, ce dernier a affirmé que le pays "tient sa trajectoire de réduction du déficit". Par ailleurs, il a balayé l'idée d'un nouveau délai . "J'ai commencé à parler avec Olli Rehn, le commissaire aux Affaires économiques sans évoquer quoi que ce soit qui ressemble à un délai. Et je continuerai à discuter avec lui avec une approche constructive", a-t-il déclaré. 

D’après la Commission, la croissance sera elle alimentée par "timide reprise de la demande intérieure, sur fond d’amélioration de la confiance". Très modeste l'an dernier, elle devrait s'améliorer de 1% en 2014 puis de 1,7% en 2015. "L’activité devrait ralentir au premier trimestre 2014, avant de repartir à la hausse, stimulée d’abord par une demande externe plus forte, relayée ensuite par la consommation des ménages".

Lu sur Francetvinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !