Le contrôleur général des finances du Vatican a présenté sa démission au pape François | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le contrôleur général des finances du Vatican a présenté sa démission au pape François
©REUTERS / Tony Gentile

Gênant

Le contrôleur général des finances du Vatican a présenté sa démission au pape François

Seulement quelques mois après sa prise de fonction en mai 2015, son ordinateur avait été pénétré par des cambrioleurs, et ce à quelques dizaines de mètres de la basilique Saint-Pierre.

Dans un bref communiqué publié mardi 20 juin, le Vatican a annoncé la démission de Libero Milone, nommé contrôleur général des finances en mai 2015 : "Libero Milone a présenté sa démission au Saint-Père, qui l'a acceptée". Avant lui, jamais un laïc n'avait été investi de tels pouvoirs afin d'assainir les finances du Vatican.

Cet ancien président de la filiale italienne du cabinet international d'audit Deloitte & Touche avait été nommé avec l'accord du cardinal australien George Pell, membre du C8 – le conseil des cardinaux qui forme la garde rapprochée du pape François – et secrétaire (ministre) pour l'économie, rappelle l'hebdomadaire Le Point, qui observe que "toute la réforme des finances du Vatican annoncée par le pape François vacille" avec cette démission.

>>>> A lire aussi : François fragilisé : le Vatican au bord de la crise de nerfs

Si sa lettre de créance lui assurait "pleine autonomie et indépendance", et l'autorisait à saisir l'autorité judiciaire vaticane en cas de découverte de délits, Libero Milone aurait "rapidement compris que sa mission dérangeait", selon l'hebdomadaire. 

Seulement quelques mois après sa prise de fonction, son ordinateur avait été pénétré par des cambrioleurs, et ce à quelques dizaines de mètres de la basilique Saint-Pierre. Rebaptisé VatiLeaks 2, le scandale est, selon de nombreux observateurs, un des éléments qui ont conduit Benoît XVI à démissionner.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !