Le conseil d'Etat a rejeté le recours des stations de sports d'hiver qui contestaient la fermeture des remontées mécaniques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ski
Ski
©Fabrice COFFRINI / AFP

Coronavirus

Le conseil d'Etat a rejeté le recours des stations de sports d'hiver qui contestaient la fermeture des remontées mécaniques

Les acteurs de l’économie montagnarde rencontrent aujourd'hui Jean Castex et plusieurs ministres pour obtenir de nouvelles compensations

Le Conseil d'Etat a rejeté le recours déposé par des élus et professionnels du secteur de la montagne, contre la fermeture des remontées mécaniques dans les stations de sports d'hiver pendant les vacances de fin d'année.

Plusieurs collectivités territoriales et organisations représentant le secteur économique des sports d’hiver avaient saisi le Conseil d’Etat, en référé-liberté, 

Le communiqué du Conseil d'Etat précise pourquoi il rejette cette demande : "Il constate que la mesure contestée aura des effets économiques certes très importants pour les zones concernées. Toutefois, il relève que l’épidémie de covid-19 se maintient à un niveau élevé, qui crée une forte pression sur le système de santé, notamment dans les régions où se pratiquent les sports d’hiver. Il juge ainsi que la mesure contestée, qui a pour objectif de limiter les contaminations supplémentaires occasionnées par des flux importants de déplacements, ne porte pas une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés invoquées par les requérants, et notamment à la liberté d’entreprendre."

Le dispositif de fonds de solidarité, soit 20 % du chiffre d’affaires de l’an dernier plafonné à 200 000€ mois semble dérisoire pour les grandes stations explique le Dauphiné.

Les acteurs de l’économie montagnarde rencontrent donc aujourd'hui Jean Castex et plusieurs ministres pour obtenir de nouvelles compensations

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !