Le "Château Louis XIV" de Louveciennes, demeure la plus chère du monde, a été achetée par le prince saoudien Mohammed ben Salmane | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le "Château Louis XIV" de Louveciennes, demeure la plus chère du monde, a été achetée par le prince saoudien Mohammed ben Salmane
©

Dépensier

Le "Château Louis XIV" de Louveciennes, demeure la plus chère du monde, a été achetée par le prince saoudien Mohammed ben Salmane

Le prince saoudien, acheteur du tableau du Christ intitulé "Salvator Mundi" de Leonard de Vinci, a acheté le château français pour 275 millions d'euros, selon le New York Times.

Construit en 2011 à Louveciennes (Yvelines) par la société Cogemad, cet étrange château de 5.000 m2 avait été acheté au mois de septembre2015  par un particulier originaire du Moyen-Orient pour la somme exorbitante de 275 millions d'euros, selon les informations de l'agence Bloomberg. "Aucune propriété ne s'est vendue aussi cher dans le monde", assurait à l'époque un spécialiste du secteur immobilier, cité par l'AFP.

Erigé avec des techniques et des matériaux utilisés au XVIIe siècle, ce château sorti de terre il y a seulement 4 ans par la société de l'homme d'affaires saoudien Emad Khashoggi, promet d'offrir à ses occupants "les fastes de Versailles sous la révolution high tech", assure son promoteur. Des lustres jusqu'aux fresques peintes à la main, en passant par les moulures dorées à la feuille, ce château bâti sur un terrain de 23 hectares mêle un univers inspiré du "Grand Siècle", et toutes les installations modernes: salle de cinéma, cave à vin, aquarium géant, piscine. Les créations du paysagiste du Roi Soleil, Le Nôtre, ont clairement inspiré les dessins du parc de cette demeure.

Selon une enquête du New York Times, le mystérieux acheteur n'est autre que Mohammed ben Salmane, le prince héritier d'Arabie saoudite. Ce dernier serait aussi l'acheteur du tableau du Christ intitulé "Salvator Mundi" de Leonard de Vinci et d'un yatch à 500 millions de dollars, selon le quotidien américain.

"Il s'est construit, avec succès, une image de quelqu'un de différent, de réformateur, au moins de réformateur social, et de quelqu'un de non-corrompu", explique un ancien analyste de la CIA au journal. Cette révélation écorne donc sérieusement son image.

Si l'identité de l'acheteur a pu rester deux ans secrète, c'est que l'acte de propriété est entouré de mystère, camouflé par plusieurs sociétés écran en France et au Luxembourg. Ces sociétés sont possédées par Eight Investment Company, une société saoudienne dirigée par le responsable de la fondation personnelle du prince. Au New York Times, des conseillers de la famille royale saoudienne explique que le château, in fine, a été acheté pour lui.

Selon le journal, la même société a acheté un domaine de 250 hectares à Condé-sur-Vesgre (Yvelines), baptisé Le Rouvray. Le prince y ferait rénover le château et y construirait des bâtiments pour en faire un domaine de chasse.

Lu dans le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !