Le cerveau et ses préjugés racistes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le cerveau et ses préjugés racistes
©

C'est dans la tête

Le cerveau et ses préjugés racistes

Pourquoi l'ensemble de la communauté musulmane est-elle stigmatisée à cause de quelques attentats?

Récemment, un journaliste américain a perdu son emploi après avoir confié que le fait de voir des Musulmans dans un aéroport le rendait nerveux. Sans pour autant lui donner raison, ShankarVedantam, un éditorialiste américain, explique dans Slate que cette pensée est irrationnelle... et compréhensible.

D'après lui, le cerveau humain est fait pour fonctionner par corrélations. Par exemple, si j'ai eu mal au ventre les deux dernières fois que j'ai voyagé en avion, j'en conclus que prendre l'avion me donne mal au ventre. De la même manière, le fait que des attentats spectaculaires aient été commis par des islamistes dans des avions incite, plus ou moins consciemment, à faire le lien entre terrorisme aérien et islam:

"Quand les membres d’un groupe minoritaire sont associés à une série d’accidents inhabituels, notre cerveau exagère la connexion entre les deux."

La question ne se pose jamais en cas d'actes violents ou terroristes commis par des blancs ou au nom de la religion chrétienne:

"Les musulmans ne sont que les dernières victimes en date des corrélations illusoires aux États-Unis. Les Afro-américains subissent depuis longtemps les mêmes préjugés dans le domaine de la criminalité. Dans tous les pays du monde, on trouve des groupes minoritaires affublés de diverses tares sous le seul prétexte que ce sont des tares insolites et que les minorités sont des minorités."

Pour ShankarVedantam, s'il faut comprendre d'où viennent ces préjugés, il faut aussi les refuser et les combattre.

Lu sur Slate

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !