Le burn-out pourrait devenir une maladie professionnelle : le projet de loi à l'étude à l'Assemblée nationale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le burn-out pourrait devenir une maladie professionnelle : le projet de loi à l'étude à l'Assemblée nationale
©Reuters

Au bord de la crise de nerfs

Le burn-out pourrait devenir une maladie professionnelle : le projet de loi à l'étude à l'Assemblée nationale

Un amendement à la loi sur le dialogue social, défendu par Benoît Hamon, est à l'étude à partir de ce mardi.

Et si le burn-out était considéré comme maladie professionnelle ? C'est l'intention de Benoît Hamon et plusieurs autres élus. A partir de ce mardi, le projet de loi sur le dialogue social est examiné à l'Assemblée nationale et défendu par le ministre du travail, François Rebsamen. Un texte qui comprend 500 amendements et 28 articles.

Invité sur iTélé, Benoît Hamon a expliqué : "Ce n'est pas une maladie, c'est un syndrome. Cela peut déclencher une maladie : la dépression." Cette dernière serait, toujours selon la député PS des Yvelines, "liée à la nouvelle organisation du monde du travail" Et d'ajouter : "Nous avons besoin de répondre à une réalité qui menace plus de 3 millions de Français". L'ancien ministre de l'Education propose ainsi : "Les entreprises peuvent mettre en place des organisations du travail qui préviennent cette maladie moderne".

Et c'est une exception française puisque le Danemark, par exemple, a lui inscrit depuis 2005 le trouble de stress post-traumatique sur sa liste de maladies professionnelles. En 2014, déjà une trentaine de députés avait mis le sujet sur la table sans grandes avancées. Dans cet état de fait, la France reste encore loin de ses voisins.

Lu sur Santé Magazine

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !