LCI : le Conseil d'Etat rejette le recours de la chaîne d'information qui restera donc payante | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
LCI : le Conseil d'Etat rejette le recours de la chaîne d'information qui restera donc payante
©

Refus

LCI : le Conseil d'Etat rejette le recours de la chaîne d'information qui restera donc payante

En juillet dernier, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) avait rejeté la demande de LCI qui souhaitait passer en diffusion gratuite : le groupe TF1 avait alors déposé un recours en référé.

LCI restera payante : ce mercredi 22 septembre, le Conseil d'Etat a rejeté le recours en référé déposé par TF1. La chaîne d'information en continu n'aura donc pas accès à la TNT gratuite dans l'immédiat : toutefois, la haute juridiction a promis d'examiner le fond du dossier dès 2015. Le 28 juillet dernier, le Conseil supérieur de l'Audiovisuel (CSA) avait rejeté la demande de LCI qui souhaitait passer en diffusion gratuite.

"Le juge des référés a estimé que LCI n'était pas dans une situation d'urgence qui justifierait que la décision du CSA soit suspendue en attendant que le Conseil d'État se prononce définitivement sur la légalité de cette décision, au vu d'une instruction complète", a déclaré le Conseil d'Etat dans un communiqué. "Il a considéré que les difficultés financières mises en avant par LCI, même aggravées par le refus du passage au gratuit, n'empêchaient pas la société d'attendre la décision définitive du Conseil d'État".

En attendant celle-ci, LCI devrait s'alléger, en termes de contenu et d'effectifs. La chaîne ne devrait plus employer qu’une centaine de salariés contre 247 actuellement : le projet de restructuration du groupe TF1 présenté le 23 septembre prévoit en effet la suppression de 58 CDI chez LCI, 81 chez TF1 et 9 chez e-TF1, soit 148 postes au total. Quant au format, il devrait complètement changer : LCI deviendrait une plate-forme d’information à la demande.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !