Laurent Wauquiez dénonce les "petits arrangements" de Copé et Fillon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pour Laurent Wauquiez, l'accord entre les deux hommes forts de la droite est une manière d’enterrer le vote prévu en septembre.
Pour Laurent Wauquiez, l'accord entre les deux hommes forts de la droite est une manière d’enterrer le vote prévu en septembre.
©Capture d'écran / Facebook Bernard Accoyer

Il accuse

Laurent Wauquiez dénonce les "petits arrangements" de Copé et Fillon

Le numéro 2 de l'UMP estime que l'accord conclu entre les deux hommes "met la poussière sous le tapis" et lui "pose un problème de sincérité".

Dans un entretien accordé au Monde.fr, Laurent Wauquiez a parlé de "petits arrangements" pour qualifier l’accord du 27 mai entre Jean-François Copé et François Fillon.

"Je ne peux pas cautionner cet accord, qui met la poussière sous le tapis. Il me pose un problème de sincérité. Pour moi, il y a un principe simple : on ne peut pas construire de légitimité démocratique sur une élection irrégulière", a déclaré le numéro 2 de l'UMP. "Avec ces petits arrangements, je crains que l'UMP n'entre dans une période de glaciation, faute d'avoir le courage de trancher la question de sa ligne politique", a-t-il ajouté.

Pour Laurent Wauquiez, cet accord est une manière d’enterrer le vote prévu en septembre. "Au-delà des apparences, nous ne donnons pas vraiment le choix aux militants en limitant le débat au vote de septembre 2013. Nous devrions plutôt leur demander s’ils sont satisfaits du fonctionnement actuel de l’UMP et s’ils souhaitent que rien ne change pendant trois ans", explique-t-il.

Jean-François Copé et François Fillon ont décidé le 27 mai dernier de soumettre aux militants l’idée d’une nouvelle élection à la présidence de l'UMP.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !