La France va demander une réunion d'urgence sur la Syrie cette semaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La France va demander une réunion d'urgence sur la Syrie cette semaine
©

Trop c'est trop

La France va demander une réunion d'urgence sur la Syrie cette semaine

C'est ce qu'a annoncé Laurent Fabius ce lundi sur RTL, alors que notre pays s’apprête à prendre la tête du Conseil de sécurité de l'ONU mercredi.

La France s’apprête à prendre la tête du Conseil de sécurité de l'ONU mercredi 1er août. D’ici la fin de la semaine, Laurent Fabius va demander la tenue d'une réunion d’urgence du Conseil au sujet de la situation en Syrie, a annoncé lundi le chef de la diplomatie française. Laurent Fabius a précisé qu'il présiderait lui-même cette réunion, convoquée dans l'urgence pour faire arrêter les massacres perpétrés en Syrie par Bachar al-Assad, qu'il a qualifié de "bourreau".

«Puisque la France prend la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies au 1er août, nous allons donc demander avant la fin de cette semaine la réunion du Conseil de sécurité, probablement au niveau ministériel à la fois pour essayer d’arrêter les massacres et pour préparer la transition politique», a déclaré le ministre.

En reaction aux propos attribués hier à Nicolas Sarkozy par Le Parisien, Laurent Fabius a déclaré que "le seul souvenir" qu'il avait de l'action de Nicolas Sarkozy sur la Syrie est d'avoir invité Bachar el-Assad en 2008 à Paris pour le 14 juillet. L'ancien Président est censé avoir déclaré : "On m'a critiqué sur la Libye mais moi, au moins, j'ai agi. Il faut être beaucoup plus ferme contre le régime de Damas, beaucoup plus ferme", selon le quotidien.

«Il faut tout tenter», a-t-il fait valoir à propos de la Russie et de la Chine qui ont refusé jusqu'à présent toute résolution contraignante à l’ONU, en mettant en garde contre une extension du conflit syrien aux pays voisins. «On ne peut plus dire que c’est une affaire intérieure», a-t-il martelé. Laurent Fabius a ajouté craindre un massacre à Alep, la deuxième ville du pays. «C’est un martyr que subit le peuple syrien et le bourreau s’appelle Bachar al-Assad», a-t-il dit.

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !