Laurence Boone : quand la nouvelle conseillère en économie de l'Elysée critiquait François Hollande dans une tribune | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Laurence Boone : quand la nouvelle conseillère en économie de l'Elysée critiquait François Hollande dans une tribune
©

Ironie du sort

Laurence Boone : quand la nouvelle conseillère en économie de l'Elysée critiquait François Hollande dans une tribune

Fin mai, elle signait un article assassin sur la politique économique du gouvernement dans le quotidien l'Opinion.

Voilà une nouvelle qui devrait faire moyennement plaisir au gouvernement. La nouvelle remplaçante d'Emmanuel Macron, dont l'arrivée à l'Elysée a été officialisée ce mardi, a récemment écrit un texte très critique à l'égard de la politique de François Hollande. Sa tribune, intitulée "Arrêtons le massacre!" a été publiée dans le journal libéral l'Opinion le 26 mai dernier. Dans cet article, la conseillère jusqu'ici en poste à la Bank of America, fustige la politique économique du gouvernement français qu'elle décrit comme "totalement absente" et déplore plus généralement des choix de politique économique "quasiment inexistants".

Manuel Valls en prend lui aussi pour son grade. En effet, le disours du premier ministre est jugé décevant par Laurence Boone : "quant aux choix pour le long terme, ils sont absents du discours de politique économique." D'après elle, si la politique économique ne change pas, et "avec des objectifs chiffrés réalistes, la France dans trois ans, c’est trois millions de chômeurs, 3-4% de déficit, une dette à 100% du PIB, des jeunes très diplômés qui continuent de s’installer à l’étranger."

Malgré son analyse sévère, elle tenait néanmoins un discours plus nuancé dans une interview accordée à Reuters fin mai. Elle expliquait être consciente des difficultés que connait le président, qui a eu peu de marge de manoeuvre ces derniers mois. " "Des élections anticipées feraient écrouler sa majorité parlementaire, passer à une politique de demande complète n'est pas possible à l'heure actuelle en Europe et des réformes plus approfondies ne seraient pas compatibles avec la stratégie du gouvernement de ménager son aile gauche", affirmait-elle.

L'économiste, âgée de 40 ans, est membre du prestigieux Cercle des économistes et est professeur à l'Ecole Polytechnique et à l'ENS Cachan. Diplômée de la London business school et de Paris X Nanterre, elle est spécialisée dans les domaines de la macro-économie, des finances publiques ainsi que des politiques européennes. 

Lu sur francetvinfo.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !