Lait français : l'Allemagne dénonce des mesures de favoritisme auprès de Bruxelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pour les laitiers allemands, certaines des mesures annoncées par Stéphane Le Foll sont "inacceptables".
Pour les laitiers allemands, certaines des mesures annoncées par Stéphane Le Foll sont "inacceptables".
©Reuters

Libre concurrence

Lait français : l'Allemagne dénonce des mesures de favoritisme auprès de Bruxelles

"Des mesures anti-concurrentielles ne peuvent pas constituer le remède" estime la fédération allemande de l'industrie laitière.

Dans une lettre adressée ce lundi à la Commission européenne, la fédération allemande de l'industrie laitière MIV se plaint de certaines décisions prises la semaine dernière par François Hollande afin de défendre l'industrie laitière française.

Selon le directeur général du MIV, Eckard Heuser, qui dénonce une préférence nationale accordée au lait français, certaines des mesures annoncées la semaine dernière par le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll sont "inacceptables". "Ce sera à la Commission de décider si elle ouvre une enquête" écrit le MIV, qui dénonce également les blocages mis en place à la frontière franco-allemande, afin d'immobiliser les chargements de denrées agroalimentaires en provenance de l'Allemagne.

Le MIV (qui regroupe une centaine de producteurs laitiers et affiche un chiffre d'affaires annuel cumulé de 26 milliards d'euros) assure que la préférence accordée au lait français est une entrave aux règles du marché unique et de la libre concurrence : "Autant nous comprenons le courroux des agriculteurs au vu des prix trop bas, autant des mesures anti-concurrentielles ne peuvent pas constituer le remède".

Outre-Rhin, les laitiers perçoivent comme "un boycott de facto pour les produits allemands" la position de Stéphane Le Foll, qui avait déclaré : "Si on revalorise le prix des produits français, chacun doit s'engager à ne pas favoriser les importations". 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !