Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©REUTERS/Gonzalo Fuentes

En coulisses

La véritable raison de la candidature de Stéphane Le Foll au PS

Le Figaro lève le voile sur la décision de l'ancien ministre de l'Agriculture.

Après le renoncement de Najat Vallaud-Belkacem de se porter candidate pour succéder à Jean-Christophe Cambadélis, la guerre pour le poste de premier secrétaire du Parti socialiste est ouverte. Alors qu'une candidature commune devait être annoncée lors du prochain congrès du parti au mois d'avril, Stéphane Le Foll et Olivier Faure ont fait part de leur intention de briguer le poste. Le Figaro dévoile la raison de la candidature de l'Ancien ministre de l'Agriculture. Au cœur de cette décision serait une dispute téléphonique du 7 janvier entre les deux hommes, indique le quotidien.

Une décision "pathétique"

"Personne ne veut de toi", aurait lancé Olivier Faure à Stéphane Le Foll, lui reprochant d'être "le symbole de l'ancienne génération, très marqué par Hollande", d'après un proche des deux hommes cité par Le Figaro. "C'est ce qu'on verra !", aurait alors rétorqué Stéphane Le Foll. Deux jours plus tard, il a annoncé sa candidature dans les pages du journal régional Le Maine Libre. C''est cette conversation animée qui serait donc à l'origine de l'annonce soudaine de l'ancien ministre de l'Agriculture, estime Le Figaro.

Pour un responsable du PS, il s'agit d'une décision "pathétique". Cité par le quotidien, il rappelle qu'Olivier Faure et Stéphane Le Foll "sont dans une rivalité personnelle alors qu'il n'y a pas un papier à cigarette entre eux idéologiquement". "C'est inconcevable qu'au sein de l'axe central du parti il y ait deux candidatures. Ça veut dire qu'on donne les clés du parti à l'aile gauche!", regrette-t-il.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !