La Turquie en pleine offensive contre les Kurdes en Syrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Turquie en pleine offensive contre les Kurdes en Syrie
©BULENT KILIC / AFP

Guerre

La Turquie en pleine offensive contre les Kurdes en Syrie

La France a demandé une réunion urgente au Conseil de sécurité de l'ONU.

La Turquie a lancé samedi dans le nord de la Syrie une vaste offensive contre une milice kurde considérée comme "terroriste" par Ankara. Après des frappes aériennes et les bombardements d'artillerie contre les positions des Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde classée "terroriste" par Ankara, mais soutenue par Washington, des soldats turcs sont entrés ce dimanche dans la région d'Afrine, région contrôlée par les YPG. Ni le nombre de combattants, ni leurs objectifs n'étaient connus dans l'immédiat.

"L'opération Rameau d'olivier se déroule comme prévu, l'offensive terrestre a commencé", a indiqué l'armée turque dans un communiqué dimanche. Selon la Turquie, le but est d'établir une "zone de sécurité" d'une profondeur de 30 km à partir de la frontière.

Suite à ce nouveau développement sur le théâtre syrien, la France a demandé une réunion urgente du Conseil de sécurité de l’ONU, a écrit ce dimanche le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sur Twitter. La ministre française des Armées Florence Parly a aussi appelé la Turquie à cesser ses opérations contre les Kurdes syriens. "Ces combats (..) doivent être arrêtés" car ils pourraient "détourner les forces combattantes kurdes, qui sont au côté et très engagées au sein de la coalition à laquelle la France appartient, du combat primordial" contre l'Etat islamique, a-t-elle déclaré sur France 3.

En réaction à cette offensive, quatre roquettes ont été tirées depuis des zones contrôlées par les YPG et ont frappé la ville frontalière turque de Kilis, faisant un blessé léger, d’après l’agence de presse Dogan.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !