La Tour Eiffel fermée à cause de la recrudescence des pickpockets sur le monument | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La Tour Eiffel fermée à cause de la recrudescence des pickpockets sur le monument
©Reuters

Attention

La Tour Eiffel fermée à cause de la recrudescence des pickpockets sur le monument

"Ils montent en bande de 4/5 personnes. Parfois il peut y en avoir une trentaine"

La Tour Eiffel est restée fermée ce matin. Le droit de retrait a été utilisé par ses employés pour dénoncer "la recrudescence des agissements des pickpockets sur la Tour Eiffel et suite à plusieurs agressions et menaces", comme expliqué dans un communiqué. La Société d'exploitation de la tour Eiffel (SETE), en charge de la gestion du monument, a déploré la situation, regrettant "que les visiteurs déjà présents sur le parvis soient pénalisés".

Le droit du travail permet aux salariés de faire valoir leur droit de retrait dans la mesure où ils se sentiraient en "danger grave et imminent". Une salariée a expliqué que les pickpockets "montent en bande de 4/5 personnes. Parfois il peut y en avoir une trentaine" sur la Tour Eiffel, raconte-t-elle en précisant qu'il "arrive qu'ils se battent entre eux". L'employée explique que ces bandes feraient également preuve d'"agressions verbales et de menaces envers les salariés d'accueil et les agents de sécurité" après avoir été repérées et priées de quitter les lieux. Un autre employé a déposé une main courante après qu'un voleur lui ait dit "'pourquoi tu ne nous laisses pas travailler? On t'a déjà vu partir de la Tour. Si ça continue, tu auras des problèmes'". Face à la gravité de la situation, les salariés réclament des "garanties formelles de la part de la direction afin que des mesures pérennes et efficaces soient prises pour mettre fin à ce fléau dont sont victimes, quotidiennement, de nombreux touristes." Pour sa part la direction affirme être "engagée dans une coopération active et durable avec la préfecture de police qui a conduit au renforcement continu des mesures visant à garantir la sécurité du personnel et du public."

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !