La taxe foncière s'est envolée dans les grandes villes en 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Chaque année, l'UNPI réalise une étude des taxes foncières sur les propriétés bâties.
Chaque année, l'UNPI réalise une étude des taxes foncières sur les propriétés bâties.
©Flickr/unicellular

Constat

La taxe foncière s'est envolée dans les grandes villes en 2015

Cette année, la taxe foncière a observé une hausse au-delà de la revalorisation automatique de 0,90 % dans 20 grandes villes, contre seulement 12 en 2014.

Selon l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), qui réalise chaque année une étude des taxes foncières sur les propriétés bâties, "la taxe foncière a augmenté deux fois plus en 2015 qu’en 2014, dans les 50 plus grandes villes de France", soit une hausse annuelle de 2,22 % contre 1,13 % en 2014.

"La taxe foncière a augmenté au-delà de la revalorisation automatique de 0,90 % dans 20 grandes villes. C’est donc quasiment deux fois plus qu’en 2014, où la taxe foncière avait augmenté de plus de 0,90 % dans douze grandes villes" note l'UNPI, au regard de son étude sur les cinquante villes françaises les plus peuplées.

"Avec une augmentation de 14,56 % en seulement un an, la taxe foncière a littéralement explosé à Lille. La taxe foncière a également fortement augmenté à Strasbourg (+ 9,62 % entre 2014 et 2015) ou à Toulouse (+ 7,76 %). Viennent ensuite Lyon (+ 6,65 %), Toulon (+ 6,60 %), Bordeaux (+ 5,41 %) et Créteil (+ 5,27 %)" poursuit l'UNPI.

Entre 2009 et 2014, la taxe dans les grandes villes de France a connu une hausse moins importante que la moyenne nationale (+7,92 % seulement à Lille), qui se chiffre à +16,42 %, contre +21,26% de 2008 à 2013. En 2014, la taxe s'élevait à +16,42%, soit 2,5 fois l’inflation (+6,5 % entre 2009 et 2014), observe l’UNPI.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !