La stratégie d'Emmanuel Macron pour s'assurer de la fidélité des hauts fonctionnaires de l'Etat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La stratégie d'Emmanuel Macron pour s'assurer de la fidélité des hauts fonctionnaires de l'Etat
©PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Carré d'as

La stratégie d'Emmanuel Macron pour s'assurer de la fidélité des hauts fonctionnaires de l'Etat

D'après un article de l'Opinion, Emmanuel Macron va fixer dès le début de son mandat le destin des principaux responsables de l'appareil d'Etat, les remplacer ou les conserver pour s'assurer d'éviter les blocages et pouvoir mener à bien sa "révolution".

« Dans les deux premiers mois du quinquennat, je changerai ou confirmerai l’intégralité des postes de direction dans la fonction publique. C’est une mise sous tension de l’appareil d’Etat. Cette fois-ci, on n’a pas le droit d’échouer », annonçait Emmanuel Macron dans Les Echos du 23 février. Il se donnera finalement six mois dans son programme : "D’ici la fin 2017, les directeurs d’administration centrale et les principaux dirigeants des organismes publics seront nommés ou confirmés au terme d’une procédure transparente, après revue de compétences et entretien". Un chamboulement, ou pas, qui concernerait 250 postes comme le rapporte le journal l'Opinion.

Bercy, la police, le renseignement... Tous les organismes seront passés au peigne fin toujours selon le journal l'Opinion. "Pour mettre en oeuvre une politique ambitieuse, il faut des directeurs qui endossent la feuille de route décidée par le politique" lâchait le leader de "La République en marche !"  dans le JDD en avril.

Pour s'assurer de la fidélité hauts fonctionnaires, Emmanuel Macron devra jongler entre la conservation des directeurs d'administration et la nomination de nouveaux pour éviter les blocages.

Lu sur l'Opinion

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !