La société Visa victime d'une panne géante dans plusieurs pays d'Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
La société Visa victime d'une panne géante dans plusieurs pays d'Europe
©Reuters

Paiement refusé

La société Visa victime d'une panne géante dans plusieurs pays d'Europe

La France n'a pas été touchée grâce à une mesure de protection mise en place par le ministre de l'Economie Pierre Bérégovoy... en 1984.

Acheteurs bloqués en caisse au moment de payer, moments gênants dans les restaurants, ou au péage des autoroutes... Une panne géante a touché la société Visa dans plusieurs pays d'Europe, ce vendredi, empêchant ses utilisateurs de régler leurs achats par carte bancaire et les obligeant à se rendre aux distributeurs de billets (qui ont été épargnés).

"Notre objectif est de faire en sorte que tous les paiements Visa fonctionnent de façon fiable 24 heures sur 24, 365 jours par an. Nous n'avons pas été à la hauteur de cet objectif", a reconnu le directeur général du groupe, Al Kelly dans un communiqué diffusé ce samedi.

Cette panne n'est pas due à "une cyberattaque ou un accès non autorisé", a-t-il pris soin de préciser, sans donner plus de détails sur l'origine du disfonctionnement.

La France a été peu touchée par cette panne (à l'exception des règlements à des sociétés basées à l'étranger, par exemple sur Internet). C'est grâce à une protection nationale renforcée mise en place par Pierre Bérégovoy qui, en 1984, alors qu'il est ministre de l'Economie, avait décide de doter le pays d'un système de paiement bancaire sécurisé "national", indique France Info.  Depuis cette date tous les paiements effectués en France via une carte bancaire passent par un intermédiaire, le groupement des cartes bancaires, représenté par le logo CB sur les cartes de paiement.

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !