La Russie disposerait d'informations très compromettantes sur Donald Trump, dont une "sex-tape" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Russie disposerait d'informations très compromettantes sur Donald Trump, dont une "sex-tape"
©Reuters

Explosif

La Russie disposerait d'informations très compromettantes sur Donald Trump, dont une "sex-tape"

La chaîne de télévision CNN a révélé l’existence d’un mémo rédigé par un ancien membre du contre-espionnage britannique, faisant état d’allégations très compromettantes sur le nouveau président américain.

La Russie disposerait-elle de puissants moyens de pressions sur le nouveau président des Etats-Unis ? Les chefs du renseignement américain ont informé Donald Trump la semaine dernière de l’existence d’informations compromettantes qui auraient été recueillies pendant des années par la Russie, et qui sont rassemblées dans des notes confidentielles circulant à Washington.

Les autorités russes auraient monté un large dossier contre Donald Trump, afin de disposer de moyens de pression sur le nouveau résident de la Maison Blanche. Le Kremlin aurait en sa possession des éléments sur ses finances, mais aussi sur des vidéos sexuelles, des "sex-tape", particulièrement compromettantes, qui auraient été réalisées avec des prostituées pendant ses voyages dans la capitale russe.

Ce mémo de 35 pages est une succession de petites notes datées du 20 juin au 20 octobre 2016. Il a été publié en intégralité par la plateforme Buzzfeed après des révélations de CNN. Le document contient des allégations non vérifiées - et une partie pourrait d'ailleurs être erronée -, mais les faits seraient explosifs et jugés crédibles par les services secrets américains. Les informations, compilées pendant des mois, ont été rédigées par un ancien agent du service de contre-espionnage britannique MI-6, un homme jugé fiable.

Comme à son habitude, Donald Trump a réagi à ces allégations sur son compte Twitter. "Fausses informations - une chasse aux sorcières totale!", a estimé le président élu, en lettres capitales. Barack Obama a lui déclaré sur la chaîne NBC qu'il ne "commentait pas les informations classifiées". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !